Définition du mot « Proxy ».
C’est quoi un « proxy ».
Exemple pédagogique simple de proxy, qui ne soit pas de l’informatique.

Définition pédagogique du mot « Proxy ». Explication médicale dictionnaire wiki cnrltl. Exemple du caca

Bonjour.
Il existe déjà plusieurs vidéos sur YouTube qui définissent le mot « proxy ».
Mais elles prennent systématiquement l’exemple du proxy en informatique.
Or, le caca est un exemple de proxy bien plus parlant et pédagogique, notamment pour ceux à qui l’informatique donne de l’urticaire.

Entre votre estomac et votre anus, il y a d’abord l’intestin grêle, puis le gros intestin, et enfin, votre anus.

Les scientifiques cherchent, notamment, à calculer le nombre de bactéries contenues dans notre gros intestin.
Parce que c’est l’endroit de notre corps où, a priori, il y a le plus de bactéries, et de très très loin.

Mais le gros intestin est difficile d’accès.
On ne peut pas aller voir ce qui s’y passe, à moins de pratiquer des actes chirurgicaux.
Mais déontologiquement, on préfère éviter d’opérer le patient juste pour aller chercher cette information.
Comme c’est l’endroit où il y a, non pas des millions, mais au moins des milliards de bactéries, c’est pas une bonne idée d’aller inciser les tissus.
Le risque de faire rentrer involontairement des bactéries à l’intérieur des tissus du patient est énorme.
On risquerait de mettre sa vie en danger par infection qui peut aboutir à une septicémie.

Alors on utilise le caca.
Le caca, c’est de la matière qui a traversé l’intestin grêle, puis le gros intestin, pour sortir par l’anus.
Les dernières longueurs parcourues par le caca, avant de sortir par l’anus, c’est justement le gros intestin, c’est à dire, l’endroit sur lequel on essaie de se renseigner.
Donc on fait des mesures sur le caca.
Puisque le caca est facile d’accès, puisqu’il suffit d’attendre qu’il sorte.
On peut faire autant de mesures qu’on veut sur le caca, puisque ça ne cause aucune souffrance au patient.
On peut notamment compter le nombre de bactéries dans 1 gramme ou 1 mL de caca.
On peut répéter ce comptage sur plusieurs échantillons de caca de la même personne.
Et on peut répéter ce comptage sur les cacas de plusieurs personnes différentes.

Et comme quasiment le dernier endroit qu’à traversé le caca, c’est le gros intestin, on se dit:
« Baaaaah, ce qu’on a compté sur le caca, ça doit être à peu près égal au nombre de bactéries, par unité de poids ou de volume, du gros intestin.

Et bien ça, c’est utiliser le caca comme un proxy.
Un proxy, c’est un machin qui vient d’une zone qui nous est inaccessible.
Et un machin dont on se sert pour estimer des caractéristiques de la zone qui nous est inaccessible mais qui nous intéresse.
Un proxy a donc toujours un sens d’intermédiaire.

Dans l’article scientifique « Revised estimates for the number of human and bacteria cells in the body », les auteurs écrivent « Un de ces biais importants est le manque de connaissances sur les différences entre la densité bactérienne réelle dans le côlon, avec toute son hétérogénéité spatiale, et les mesures de concentration dans les matières fécales, qui servent de proxy pour estimer le nombre de bactéries. »

Autrement dit, les auteurs rappellent qu’il faut y aller mollo sur la généralisation des propriétés du caca à celles du gros intestin.
Parce qu’on sait déjà que le gros intestin est constitué d’au moins 2 parties différentes, susceptibles d’avoir des caractéristiques différentes: le côlon, puis le rectum.
Et on sait en plus qu’on a peu étudié justement ce qui se passe, chronologiquement, au niveau bactérien, lorsque la matière parcourt les différentes parties du gros intestin.
Tout cela pourrait considérablement affecter notre estimation du nombre de bactéries dans le gros intestin.
Et donc nous induire en erreur dans le calcul du nombre de bactéries dans l’entièreté du corps humain.

Si le sujet vous intéresse en profondeur, je vous ai traduit gratuitement cet article intégralement de l’anglais vers le français.
Vous pouvez le lire en français ici:
https://drive.google.com/file/d/1VvewYWWCMsjPoJeOcIbIY_VDMkDYb448/view?usp=sharing
Ou écouter sa lecture en français là:
https://youtu.be/yyzWRNXsUKo
C’est gratuit.

Crédits photos et informations complémentaires:
https://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%B4lon
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gros_intestin
https://fr.wikipedia.org/wiki/Intestin_gr%C3%AAle
https://www.e-cancer.fr/Dictionnaire/I/infection

Références personnelles et mon profil:

Références de mon sujet de thèse:
https://www.theses.fr/2016LARE0005

Un peu de biblio perso:
https://www.researchgate.net/profile/Olivier_Dufour2
https://books.google.fr/books?hl=fr&lr=&id=XGOfDwAAQBAJ&oi=fnd&pg=PA83&dq=olivier+dufour&ots=7gTOW4reSH&sig=Ux_G5gM3DgOAvTjX1IniIQR2Gko#v=onepage&q=olivier%20dufour&f=false
https://cel.archives-ouvertes.fr/LIP6/hal-01488785v1
https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01488264/
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1574954116301194
https://doi.org/10.1016/j.ecoinf.2016.08.004

Les articles que j’ai reviewés pour la revue scientifique à comité de lecture « Ecological informatics »:
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1574954116301261
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1574954117300286
https://arxiv.org/abs/1909.04425
https://cel.archives-ouvertes.fr/LIP6/hal-01488786v1

F A C E B O O K
https://www.facebook.com/Science-Dr-Dufour-Olivier-2316438282013527/

T W I T T E R
https://twitter.com/dufour_dr

Je suis le Docteur Olivier Dufour. (Montpellier)


0 commentaire

Laisser un commentaire